Parenthèse n°16 – 6 conseils pour développer sa créativité

Share Button

Breaking news : la créativité ne serait pas un don réservé à une élite. Et heureusement d’ailleurs ! Dans cette Parenthèse, je vous donne quelques clés pour apprendre à développer cette compétence au quotidien.

Conseil n°1 : De ton potentiel créatif, conscience tu prendras

La créativité est cette capacité qu’a le cerveau humain à générer des idées. 42 idées par minute en moyenne pour être précise. Ces idées peuvent être géniales ou moins géniales, peu importe : nous sommes tous capables de sortir de notre cadre pour trouver des solutions inédites aux problèmes que nous rencontrons.

« Franchement je n’y crois pas vraiment, je ne suis pas quelqu’un de créatif : la preuve j’étais meilleur en maths qu’en arts plastiques à l’école !« 

Pense le(la) lecteur(rice)

Là je vous arrête tout de suite:

  1. Etre bon en maths n’a jamais exclu d’être créatif.
  2. La créativité artistique n’est pas l’unique forme de créativité que l’on peut développer.

Chacun a une forme de créativité qui lui est propre, et qui est liée à structure de son intelligence (cf. les travaux de Gardner sur les intelligences multiples).

Connaître son potentiel créatif, c’est avant tout bien se connaître et connaître ses capacités cognitives. Par exemple, à titre personnel, j’ai constaté que j’étais particulièrement créative dans un contexte émotionnel stimulant (lieu calme, au sein d’un groupe de personnes que j’apprécie, etc.) ou quand on me demandait de trouver des solutions à un problème inédit. Il m’est en revanche très difficile de générer de nouvelles idées dans un cadre contraint par le temps (chronométré) ou par les émotions négatives (le stress en particulier).

Mieux vous vous connaîtrez, mieux vous saurez quel cadre instaurer pour votre routine créative.

créativité 1

Conseil n°2 : Un cadre pour ta routine créative tu choisiras

Assez paradoxalement, la créativité aime la routine et a besoin d’un cadre pour s’exprimer. Qu’elle se pratique en solo ou en groupe, la créativité a besoin de régularité et d’entraînement pour être développée. Exactement comme un muscle : vous courriez le marathon de Paris sans entraînement vous ?

Très concrètement, un bon cadre pour votre routine créative peut se résumer en quelques points clé :

  1. Un lieu dédié. Qu’il soit entre quatre murs ou à l’air libre, ce doit être un lieu lumineux, ouvert, où les énergies circulent… Bref, un lieu qui vous est agréable et dans lequel vous pourrez réaliser toutes vos séances. Et comme notre cerveau d’homo sapiens est (parfois) un peu bête, il associera ce lieu à la dynamique de génération d’idées.
  2. Un moment dédié. Plutôt entre 14h et 16h d’après cet article de la Harvard Business Review, tôt le matin ou tard le soir… Peu importe ! A vous de tester et trouver le moment qui vous convienne le mieux dans la journée.
  3. Une ambiance stimulante. Avec ou sans musique, avec ou sans support numérique, seul ou à plusieurs, avec ou sans boissons ou grignotages… Ce qui compte c’est que vous entriez dans votre flow et que vous oubliiez tout le reste.
  4. De la régularité. Une fois le bon moment trouvé, je vous conseille vivement de vous caler des sessions récurrentes de créativité dans votre agenda, à la fréquence adaptée à vos objectifs.
  5. Un objectif par séance… ou pas ! Si vous rencontrez une problématique précise pendant que vous démarrez votre séance, c’est le bon moment pour essayer d’y trouver des solutions. Dans le cas contraire vous pouvez tout à fait vous lancer dans une séance sur un thème absurde (« L’œuf est-il à l’origine de la poule ? », « Pourquoi la poule a traversé la rue ? ») pour la beauté de l’exercice.

Conseil n°3 : Le lâcher prise pendant tes séances tu t’imposeras

S’il peut paraître paradoxal de « s’imposer » du lâcher prise, c’est pourtant un rituel absolument indispensable au début de toute séance de créativité.

Avez-vous remarqué que vos idées les plus brillantes venaient souvent d’elles-mêmes à des moments ou des endroits parfaitement incongrus (sous la douche, en faisant la vaisselle, en bricolant, etc.) ? C’est parce que le cerveau est plus créatif lorsqu’il est détendu, calme, attentif, réceptif.

Nous ne pouvons pas contrôler les idées qui nous viennent, ni le moment ni le lieu. En revanche, on peut favoriser l’émergence de nos idées en changeant de rythme et en réunissant les conditions de notre créativité (d’où l’importance d’une routine).

Vous pouvez par exemple changer de rythme en commençant par prendre une pause, écouter un podcast qui vous fait rire ou vous inspire, aller vous promener en forêt… Personnellement, je commence toutes mes séances de créativité par 15 minutes de méditation et 5 minutes de cohérence cardiaque 😉

Ce changement de rythme vous aidera à changer de perspective, éventuellement d’humeur, et donc à vous défaire de tout jugement quant aux idées qui émergeront. Juste à être à l’écoute et présent(e) à vous et vos idées.

Conseil n°4 : La divergence tu t’autoriseras, la convergence tu prépareras

La divergence, c’est notre capacité à prendre de la hauteur et à formuler une grande quantité d’idées originales. La convergence, à l’inverse, c’est notre capacité à transformer les idées en solutions qui répondent au problème posé.

La phase de divergence est absolument fondamentale puisqu’elle est la phase de génération d’idées à proprement parler. Elle permet notamment de se « purger » pour ensuite générer un maximum d’idées en lien avec notre problématique. Privilégiez vraiment la quantité quand vous divergez.

Vous pouvez utiliser des post-its pour noter vos idées pendant cette phase (en respectant la règle 1 post-it = 1 idée), ou travailler à partir d’un mind map (mon outil préféré).

Si vous avez des difficultés à diverger, voici un petit exercice qui peut vous aider à trouver 20 idées en 25 minutes :

  1. Notez les 5 premières idées qui vous viennent spontanément pour répondre au problème
  2. Cherchez 5 idées complètement folles, excentriques, délirantes
  3. Cherchez 5 idées en ajoutant des contraintes à la problématique (« avec un budget de 30€ ? », « sans internet », « avec les yeux bandés », etc.)
  4. Cherchez 5 idées « pour ne pas faire pire » que ce que vous faites actuellement pour répondre à la problématique

Toute phase de divergence est nécessairement suivie d’une phase de convergence, phase pendant laquelle vous allez reprendre vos idées, les classer par groupes thématiques et les sélectionner.

Cette phase doit être impérativement préparée en amont, et notamment vos critères de sélection. Vous pouvez systématiquement appliquer les mêmes critères de sélection (par exemple « idée géniale » vs. « idée immédiatement réalisable ») et croiser ces critères pour prioriser les idées que vous retiendrez.

Quoiqu’il en soit le résultat doit vous diriger vers des points d’actions concrets qui vous permettront de répondre à la problématique posée.

Conseil n°5 : Tes idées en totalité tu conserveras

Toute idée est bonne à conserver, même si vous ne l’avez pas sélectionnée pendant cette séance. Elle pourra notamment vous aider à répondre à une autre problématique. Ou pourquoi pas être l’origine du lancement d’un nouveau projet ?

Que vous ayez posé vos idées sur post-its ou sur un mind map, je vous recommande de toutes les conserver dans un seul et unique endroit. Dans un dossier « Divers » par exemple, ou si vous utilisez le logiciel Trello, dans une liste spécifique (1 carte par idée).

L’essentiel est que cette « boîte à idées » soit accessible par vous à chaque séance de créativité. Et pourquoi pas que vous prévoyiez des moments dans votre routine créative pour (re)piocher dans cette boîte à idées.

Conseil n°6 : Auprès de bonnes sources tes inspirations tu puiseras

La créativité se nourrit de créativité. Vous l’aurez certainement compris au fil de cet article.

Pour générer des idées de qualité, il faut vous entraîner à en générer un maximum. Mais ils faut aussi vous nourrir d’autres idées de qualité (le fameux food for thought qu’on aime particulièrement chez Roi Corp).

Livres, films, documentaires, expositions, conférences, colloques, etc. La veille est un processus de longue terme, mais qui aide à passer à la vitesse supérieure en matière de créativité. Veiller à la qualité de vos sources, à la diversité des thématiques auxquelles vous vous intéressez, mais aussi se confronter à la créativité de l’Autre… Autant d’éléments pour vous aider à constituer le terreau d’une créativité durable et fructueuse.

Alors, prêt(e)s à enfin devenir créatif(ve) ?

Signé : Axelle

Pour aller plus loin :

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *