Cet article est issu de ma newsletter du mois de Décembre 2021.

Je n’ai pas pour habitude de t’écrire deux fois dans le même mois. Et pourtant il me paraissait important de reprendre de tes nouvelles. Comment vas-tu ? Vraiment ?

Je lisais il y a quelques jours dans une étude publiée par la Fondation Jean Jaurès que les Français(es) déclarent se sentir fatigué(e)s (17 %), inquiet(e)s (15%) et en proie à un sentiment d’incertitude (15%). Et ce seraient les femmes de moins de 35 ans qui se sentiraient les plus fatiguées (26,5% d’entre elles, soit 10 points de plus que la moyenne nationale). Etant dans cette tranche et jeune maman, ça m’a fait sourire 😉

Oui je me sens fatiguée.

Pour autant j’ai de l’énergie et de la joie à revendre en ce moment. Bonheur du jeune parent ? Peut-être. Caractère naturellement optimiste ? Sans aucun doute ! Mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est surtout parce que j’aime ce que je fais.

Et je vais t’apprendre un scoop : ça n’a pas toujours été le cas en 6 ans d’entrepreneuriat. J’ai connu des matins où je me sentais tellement déconnectée de moi-même, tellement happée par mes angoisses, qu’il m’était impossible de me lever. Je n’avais même plus la motivation d’accompagner mes clients. Je voulais tout arrêter, tout envoyer balader. Prendre mon sac à dos et partir loin.

Aujourd’hui, je comprends pourquoi je me sentais « down » ces jours-là.

Je n’avais pas intégré une composante essentielle de l’entrepreneuriat : le plaisir.

Sais-tu que quand on créé dans la joie et le plaisir, tout est plus rapide, plus fluide, plus efficace, plus juste ? Sais-tu qu’on est plus créatif et plus à même d’innover sur son marché ? Sais-tu enfin que tu donnes davantage envie à des client(e)s de travailler avec toi ? 😊

Je ne le savais pas il y a 6 ans. Et tu n’es pas obligé(e) d’attendre tout ce temps pour le comprendre et l’intégrer à ton business.

Alors dis-moi : quand vas-tu considérer que tu es digne d’entreprendre dans le plaisir ? 😉

Signé : Axelle

author image

About Axelle Roi

1 Comment

  1. […] M’extraire régulièrement du monde pour faire le vide,🔸 Ecouter mes émotions,🔸 Cultiver mes talents et mes compétences,🔸 Jouer, échouer et réussir pour entraîner ma confiance en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You Might Also Like...

Le copywriting au service du fundraising : 4 astuces pour se démarquer
C’est quoi un « fundraiser » ?
La genèse, le pourquoi du comment
Vive 2020 !